Les Oiseaux ce soir à la télé : plans truqués, héroïne hospitalisée… Tout sur le chef-d’oeuvre d’Hitchcock !

A l’occasion de la diffusion des “Oiseaux” ce soir à 21h sur Cine FX, voici 5 choses à savoir sur le chef-d’oeuvre d’Alfred Hitchcock, emmené par Tippi Hedren et Rod Taylor.

De quoi ça parle ? 

Click Here: kanken kids cheap

Mélanie, jeune femme quelque peu superficielle, rencontre chez un marchand d’oiseaux un brillant et séduisant avocat qui recherche des inséparables. Par jeu, Melanie achète les oiseaux et les apporte a Bodega Bay. Dés son arrivée, elle est blessée au front par une mouette…

Ça passe quand ? 

Ce vendredi 21 août à 21h sur Cine FX.  

1. Si Les Oiseaux est sans conteste l’un des films les plus effrayants du maître du suspense – de l’avis général, son dernier grand film – c’est probablement dû au fait qu’Alfred Hitchcock n’apporte à aucun moment une explication rationnelle sur le comportement des oiseaux. Le côté aléatoire et inexpliqué des attaques déclenche chez le spectateur une peur immédiate. “Une explication neutraliserait l’angoisse” aurait ainsi déclaré le réalisateur. Il préfère donc laisser le soin à ses personnages d’essayer de comprendre, comme en témoigne la scène dans le restaurant, où tout le monde y va de son commentaire. 

2. D’un point de vue technique, Les Oiseaux a été compliqué à mettre en oeuvre. Au total, le film compte 371 plans truqués. Par exemple, lorsque les oiseaux passent par la cheminée et envahissent la maison de Mitch (Rod Taylor), les acteurs ont dû feindre la peur car les animaux ont été rajouté en post-production. Afin que les quatre comédiens jouent la même émotion au même moment, Alfred Hitchcock a fait venir sur le plateau un joueur de tambour, leur donnant ainsi le tempo. Au fur et à mesure, le son s’amplifiait, leur indiquant le degré de peur qu’ils devaient afficher sur leurs visages. 

3. Autre scène truquée, l’attaque des oiseaux à l’école. Alors que Mélanie attend la fin des cours pour récupérer Cathy, elle s’assoit et fume une cigarette. On voit alors s’amasser, dans son dos, des dizaines de volatiles sur l’aire de jeux des enfants (voir la photo ci-dessus). Il faut savoir qu’à défaut d’avoir sous la main tous ces oiseaux, Hitchcock a pris le parti de n’en mettre que quelques-uns vivants. Les autres sont en réalité des silhouettes découpées. Mais le spectateur, effrayé, ne se rend compte de rien, absorbé qu’il est par les quelques mouvements d’ailes. Selon le metteur en scène, “c’est une illusion si on en voit un bouger, on croient qu’ils bougent tous”. Et d’illusion, il en est aussi question dans le plan suivant, lorsque les enfants se font subitement attaquer et tentent de se sauver : en réalité, ils sont en train de courir sur des tapis roulants, en studio… Des matelas ont été disposés tout autour au cas où l’un d’entre eux tombe, entraînant dans sa chute tous les autres, tel un jeu de quille. 

4. Il y a pourtant une scène où les oiseaux sont nombreux et bien réels, c’est la scène de fin dans le grenier, quand Mélanie se fait attaquer. Jusqu’au tout dernier moment, Tippi Hedren pensait tourner avec des oiseaux mécaniques. Il n’en est rien. Durant 5 jours, l’actrice devra affronter les volatiles que lui lançaient les assistants hors champ. Cary Grant lui-même, venu faire une visite de courtoisie sur le plateau, dira à Hedren qu’elle est extrêmement courageuse ! En réalité, la comédienne, à bout de force, s’épuisera avant la fin du tournage. Conduite à l’hôpital pour un repos forcé, elle sera remplacée par une doublure, puis son visage sera incrusté en post production. Il est de notoriété publique qu’Hitchcock, obsédé par la beauté de Tippi Hedren – archétype de l’héroïne hitchcockienne – lui aurait fait des avances. Mais la comédienne l’aurait gentiment éconduit. Il se murmure que vexé, le réalisateur l’aurait alors poussée à bout… Leur collaboration s’est arrêtée à peine un an plus tard, après Pas de printemps pour Marnie. 

5. Réputé pour ses blagues de mauvais goût visant à effrayer son entourage, Hitchcock a vraisemblablement traumatisé la fille de Tippi Hedren, une certaine Mélanie Griffith… Alors âgée de 4 ans, la fillette reçoit des mains du cinéaste un cadeau : une poupée à l’effigie de sa maman, dans un petit cercueil en bois… On peut imaginer que c’est pour se faire pardonner qu’il donna à son personnage le prénom de Mélanie, même si jamais rien n’a été dit à ce sujet.

Michel & Michel rendent hommage aux égéries d’Hitchcock

Faux Raccord Emissions Bonus

 Tout sur Les Oiseaux 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *